logo mdt lecube new

dimanche 30 janvier à La Salle

initiation à la manipulation de la marionnette japonaise Bunraku

Cet atelier a été proposé par Elise Vigneron, en clôture de sa résidence d'une semaine à Valaurie pour la création de son spectacle "Les Vagues" d'après Virginia Wolfe.

8 enfants accompagnés d’un ou deux parents se sont inscrits et on participé activement et avec enthousiasme à cet atelier de 3h.

La première partie, considérée comme de l’échauffement, a consisté à travailler des gestes tels que l’envoi de ballons fictifs, ressentir sa verticalité, son ancrage dans le sol en faisant rouler sous son pied un bâton de bois.

Atelier marionnette échauffement

Après cette première étape, chaque groupe a travaillé à la création d’une marionnette “extraordinaire”, quelque peu fantastique avec son propre corps et quelques accessoires.
Chacun a présenté à tour de rôle sa création, les autres se constituant en public, en regards extérieurs, ont pu commenter et suggérer quelques modifications dans le costume ou les gestes.

 

Atelier marionnette création

Après une pause de 15 mn, la deuxième partie s’est concentrée sur la compréhension de comment un corps marche, dans tous les sens du terme, la mobilité de la tête, des articulations, etc… A la suite de cela, des groupes de 4 personnes se sont formés : l’un jouant la marionnette, les 3 autres les manipulateurs, un pour la tête, un autre pour les bras et le dernier pour les jambes. Face à eux, un modèle vivant (un participant) qui doit se coucher puis se lever ou danser… les autres devant copier et recréer les mouvements afin de “donner vie“ à leur marionnette.

marionnette Bunraku

Et pour finir, chacun a pu manipuler la vraie marionnette Bunraku grâce aux apprentissages précédents.

cliquer sur le carré noir avec flèches blanches pour passer en plein écran

La presse en a parlé

  

13 et 14 décembre 2021

Isabelle Dehay : atelier "AUTOPORTRAITS - PORTRAITS" avec la classe de 6ème art de Catherine Verdier - Collège Jeaume - Pierrelatte

Un atelier sur le thème AUTOPORTRAIT-PORTRAIT, animé par Isabelle Dehay, artiste (photo, vidéo) a été proposé par la Maison de la tour à Catherine Verdier, professeur d’arts plastiques au Collège Jeaume. Le projet qu’elle réalise actuellement en résidence consistant à réaliser des portraits qu’elle pixellise fera l'objet d'une exposition en 2022 à la Galerie Linard (Lagarde Adhémar) et à l'espace Ducros (Grignan)

Cet atelier se décompose en 3 parties :

1ère étape : 
Présentation vidéo par l'artiste de son travail, où il est question de pixels, de camaieu de couleurs, de mélanges optiques de couleurs, de couches picturales, d'abstraction, de paréidolie (illusion d'optique qui donne l'impression de voir une forme animale ou humaine dans un nuage, une tâche…).

présentatiion
Les élèves sont ensuite invités à réaliser au crayon le portrait de leur camarade, et du leur à partir d’une photo faite par l’artiste.

Des carrés de tailles différentes sont découpés dans du papier : travail réalisé sous la conduite du professeur.

En parallèle du travail des élèves, l'artiste prend en charge la partie photographies, chargement sur les tablettes, ou impressions sur papier.

S'agissant d'un atelier pédagogique transversal, intervention du professeur de français : les élèves sont amenés à verbaliser leur travail, leurs impressions sur ce qu'ils voient notamment par rapport à la pixellisation qui masque les informations, empêche de reconnaître, distord la réalité.

etape 1 des portraits

2ème étape :
Travail au crayon de couleur à l'aide des camaieux imprimés. Ajout de couleurs par les surfaces carrées qui agissent comme des pixels, et sans se soucier des limites du dessin. Débord de la figure, superposition des carrés, jeu avec la transparence des couches... Utilisation de la gouache à la recherche de la palette de couleurs déterminée par le logiciel de l'artiste.

mustappha

inaya

maya

 3ème étape :
Des tampons composés de petits carrés symbolisant les pixels sont confectionnés par les élèves.
Finalisation des différents dessins.
Chaque élève aura réalisé le portrait de son binôme et son autoportrait

étape 3 pixellisation numérique

Photographie par les élèves des portraits réalisés : 2 au crayon de couleur + 1 à la gouache qui seront présentés sur 2 moniteurs différents (un pour le crayon, un pour la peinture)
Puis recherche par le logiciel des points communs

Restitution

restitutions

Les témoignages des élèves

Sur ce qu’ils ont fait :

Hamza : J'ai fait un autoportrait, ensuite on devait dessiner et colorier les blancs.
Nolan : on devait faire des autoportraits.
Elyas : on a fait des autoportraits de nous-mêmes en pixel art, avec plein de carrés
Célia : des autoportraits, on a fait des tampons, on a choisi des couleurs. Avec les tampons, on a mis des couleurs sur les dessins. et avec les crayons on a comblé les vides.
Keila : des dessins, mon portrait et des mélanges de couleurs. On a fait des tampons avec lesquels on a mis des couleurs sur le dessin.
Ines: travail sur l'autoportrait. On a d'abord dessiné celui qui était en face et ensuite on a fait des tampons avec des carrés pour faire des pixels. On y a mis de la peinture et on a décoré le dessin avec. On a comblé les trous avec les crayons de couleur
Cassandra : j'ai fait de l'art! Mon autoportrait. On a peint avec des tampons qu'on a créés nous mêmes. Et avec des crayons, on a complété les dessins.
Maroua : Je fais un autoportrait, on a rajouté des tampons pixels.
Inaya : On a fait notre autoportrait. On s'est dessinés, on a fait un travail sur les pixels, on a dessiné avec la peinture grâce à des tampons qu'on a créés nous mêmes. On a choisi des couleurs qui nous représentent et on les a mises sur nos portraits.
Maria : On a dessiné nos autoportraits, on a fait des pixels sur nos dessins.

Sur leurs impressions :

Hamza : Très bien! Au début, je n'avais pas compris et quand on s'est mis au travail, j'ai mieux aimé.
Nolan : bof bof... Essayer de refaire les couleurs c'est pénible mais les tampons j'ai aimé.
Elyas :  ça me fait aimer le dessin. Et c'est sympa de se dessiner soi-même.
Célia : j'ai trouvé ça original.
Keila : Tout m'a plu.
Ines : Tout m'a plu. Cela permet de se voir de l'extérieur, de voir comment on nous voit.
Cassandra : J'ai aimé créer.
Maroua : C'était amusant. Isabelle est gentille. C'était bien, on était tous ensemble. J'ai aimé le début quand j'ai dessiné mes camarades parce que j'aime dessiner et qu'ils étaient heureux.
Inaya : C'était bien. C'était un travail intéressant. J'ai aimé faire les mélanges avec les couleurs.
Maria : C'est un beau travail. On peut présenter notre image de soi.

Sur l'artiste :

Nolan : c'est une artiste qui travaille avec les pixels.
Cassandra : Elle est au musée. Elle fait de l'art. En voyant des choses, elle crée à partir des photos et des vidéos, des images ou des choses qui expriment des choses qui se sont passées avant, de leur mouvement.
Les portraits du début de l'atelier montraient parfois le moment présent ou juste avant.
Parfois il y avait comme du sable ou des parties de corps ajoutées.
Maria : Ses oeuvres sont belles, il y a du mouvement, on avait l'impression que les oeuvres se déplaçaient.

La presse en parle : Le Dauphiné (28/12/2021)

Avril, mai et juin 2021

Ursula Caruel : atelier scolaire à Valrousse - Classes de CE2 - CM1

Dans le travail d'Ursula CARUEL, nourri par la poésie, le végétal est un fil rouge. Dans ses dessins et installations de dessins, l'homme est très peu présent, la nature est libérée de l'influence humaine. Grâce à l'utilisation du noir, elle amène le regard à entrer dans le graphisme des plantes qui deviennent motifs. Le dessin sort du cadre, passe d'une feuille à l'autre et la nature reprend son espace. Ses installations font vivre son sujet avec l'espace. Cet atelier permet aux élèves d'aborder des pratiques d'arts plastiques comme le dessin, la peinture, etc. l'espace, l'installation et la mise en espace de l'œuvre. Les enfants prélèvent, font des croquis, réalisent des empreintes à la peinture.

Le travail final est une installation collective, restitution de ‘’leur paysage végétal’’ et un livre d’artiste individuel conservé par chacun.

Jour 1 : où l'on se présente... et on commence à dessiner avec la musique... puis à réaliser des silhouettes d'arbres

Ce travail est important et amènera les enfants à la réalisation de leur livre d'artistes

atelier Valrousse J1

Jour 2 : où l'on découvre ce qu'est un livre d'artiste. Et où l'on s'essaie à la linogravure

Atelier Valrousse J2

L'oeuvre collective

oeuvre collective

 

 

 

Jour 3 : où l'on s'interroge sur comment sont apparus les végétaux et sur les différentes formes de reproduction via une vidéo suivie d'un échange très animé.

Puis, on revient sur le livre d'artistes. De quoi se compose-t-il ? de mots et de dessins. Pour aider à la rédaction d'un petit texte (auquel il faudra donner un titre), tous ensemble on donne des noms, des verbes, des adjectifs. Chaque mot est écrit sur un papier qui rejoindra une des 4 boites (une par thème) et chaque enfant viendra tirer au sort un mot de chaque boîte. Et à partir de ces 4 mots, il rédigera son texte. 

Caruel J3 les mots

Après ce travail qui a nécessité une certaine concentration, pause récréation et on revient à la linogravure. Chaque enfant a reproduit son dessin sur la plaque (au jour 2) et commencé à travailler avec la gouge pour dégager le relief du dessin.
Ce travail a été terminé par les adultes (artiste, maîtresse Christine, et accompagnateurs maison de la tour) entre ces deux séances et aujourd'hui, on procède à l'encrage et au tirage.

Pendant qu'un enfant travaille à l'impression de sa linogravure, les autres préparent un fond coloré sur lequel sera appliqué son dessin. Chacun aura deux tirages, un sur fond uni et l'autre sur le fond personnalisé.

Caruel J3 linogravure

Caruel J3 linogravure fin

Un sèchage de 24h est nécessaire et on "expose" plaques et dessins sur les étagères de la bibliothèque, sur les tables, etc...

Jour 4 : où l'on fait le point sur toutes les techniques vues au cours des 3 premiers jours : dessin, peinture, monotypes, encre de chine, linogravure etc...

Aujourd'hui, réalisation d'un livre d'artiste : page de couverture sur laquelle figurera les nom et prénom de l'auteur, le titre, et en bas de page le nom de l'école et l'année de réalisation. Une 4ème de couverture sera réalisée pour indiquer la direction artistique (nom de l'artiste), la direction pédagogique (nom de l'institutrice) et la coordination (la Maison de la tour). Sans oublier en première page, de numéroter l'exemplaire unique + signature de l'élève-artiste.

Sur les pages intérieures, texte + dessins. Le plus "dur" est de choisir la ou les techniques qui sera ou seront utilisé(es) pour chacun des livres. Mais l'imagination se met vite au travail comme on peut le vérifier sur les images ci-dessous

J4 préparation livre artiste

J4 livre dartiste

et pour finir, l'institutrice demande aux enfants de faire un "commentaire météo" par un geste de la main. Trois choix : soleil (main levée doigts écartés) nuage (poing fermé) et pluie (main vers le bas).
Unanimité, il a fait plein soleil sur ces 4 jours !

Notation atelier par les enfants

A retrouver ici le témoignage de l'enseignante Christine THEBAUT, sur l'intérêt de l'art à l'école

 

 

 

2021 – FABLAB de Crest - atelier scolaire CM1 CM2 - 26 mars 2021

Animation Makey-Makey ou découvrir la conductivité électrique par le jeu et via la programmation numérique. Plusieurs dispositifs sont mis à disposition des élèves, pour des montages simples mais fonctionnels ou le déclenchement d’actions audio-visuelles par le toucher (réalisation d’une concert végétal)

atelier 8FabLab Valrousse

Pour voir et entendre, cliquer sur l'image ci-dessous

 

2021 - Ursula Caruel - atelier scolaire 6ème art Collèe Gustave Jaume (Pierrelatte) - 22 et 23 février 2021

Réalisation de livres d'artiste

Cet atelier de création avec les élèves de 6ème art est ancré dans un travail interdisciplinaire autour du sujet "Découverte d’un univers onirique fantastique", à l’initiative de Catherine Verdier, professeure d’arts plastiques et Stéphanie Strupler, professeure de français
L'objectif principal est de créer ensemble et de faire connaitre aux élèves, le livre d'artiste à travers la découverte du travail d'observation et d'interprétation de notre univers végétal, selon Ursula Caruel.

Au départ, des échanges entre les élèves et l’artiste :

- comment naît un projet ?
- comment travaille-t-on avec un auteur ?
- que devient le livre ?
- quelles sont les différences avec le livre classique ?
- Et la découverte de poètes-plasticiens qui travaillent le livre d'artiste.
Puis choix par chaque élève d’un thème en lien direct avec l'observation de la nature : croissance, interdépendance, répétition, foisonnement, etc ... qu’ils déclineront en mots et en images. Ainsi, un élève qui choisit la croissance, "fera pousser" des mots en explorant un champ lexical et son dessin et son livre par un système de pliage ou de sortie du cadre.
Partant des matériaux plastiques et poétiques retenus, chaque élève réalise son livre d’artiste qu’il exposera et lira dans une petite mise en scène. Ainsi, l’élève ayant retenu la croissance, chuchotera le début du poème et sa voix grandira en même temps que le poème jusqu’à être lu à très haute voix (crié pour le dernier mot). Si un poème est écrit sur les racines, pourquoi ne pas le lire dans le noir ?
Pour voir et écouter https://college-jaume-pierrelatte.web.ac-grenoble.fr/

workshop Jaume page 001 1workshop Jaume page 002 1

Et quelques exemples de "livres d'artiste"

livres artistes Jaume page 001 

 

 

 

2020 - Atelier Benjamin Just : Un arbre, une légende.

Atelier réalisé par la classe de 6eme Art avec l'artiste plasticien Benjamin JUST en partenariat avec la Maison de la Tour de Valaurie : 17 et 18 février 2020

Cet atelier de création avec les élèves de 6ème art est ancré dans un travail interdisciplinaire autour du sujet "explorateur d'un nouveau monde". 

L’artiste Benjamin JUST aborde dans sa pratique plastique des sujets tels que l’écologie, l’environnement, le paysage et l’intervention de l’homme dans la construction de la nature (arbre / forêt). 

En amont, les élèves ont écrit la légende d'un arbre imaginaire en cours de français. Ils ont également récolté des objets et matériaux de récupération. 

Lors des 2 journées d'atelier, les élèves ont réalisé leur arbre imaginaire en volume après avoir fait un dessin de projet. 

Ce projet mêle médiums "traditionnels" (réalisation sculpture) et médiums "contemporains" dans les arts numériques (bande son et prise de vue photographique).

Atelier arbre imaginaire B. Just

 

2020 - Atelier Dressing 2 - Nadine Lahoz-Quilez

Enveloppe, le jeu du in et du out /Projet participatif et collaboratif avec des élèves du CAP "Vêtements flous" Lycée polyvalent Jaume à Pierrelate le 10 février 2020

L’artiste s’interroge sur le rôle du corps dans nos relations avec les autres. Ce volume qui nous matérialise est en interaction permanente avec son environnement. La peau, interface entre le dedans et le dehors, est une enveloppe qui ferme et protège le corps au même titre que le vêtement. Cet élément amovible de la parure participe aux codifications du paraître.
Le vêtement accompagne le corps de la naissance à la mort. Il est tout à la fois un marqueur social, accessoire de transmission et participe aux rites de passage.
Cette réflexion s’inscrit parfaitement dans la formation : récolte de tissus, découpes précises de silhouettes issues du modèle schématisé correspondant à un patron dans ces textiles préalablement plastifiés. "L’installation" qui en constitue la restitution dans les espaces communs de l’établissement est l’occasion, à travers la création artistique, d’un autre point de vue sur les apprentissages professionnels et d’en donner une visibilité originale.

Déroulement de l’atelier :
Présentation de l’artiste et de ses créations en relation avec le thème : l’occasion d’un échange autour de la création artistique, de l’art contemporain. Puis présentation des objectifs de l’activité à partager avec l’artiste, de la production à atteindre, des modalités de réalisation, de la restitution attendue. C’est un "grand atelier" qui se met en place avec la contribution active des élèves, des enseignants, de l’artiste : amoncellement de tissus, découpe de patrons, réalisation de silhouettes multicolores, habits des plus divers transforment la salle le temps de la réalisation.

atelier Jeaume Nadine Lajoz Quilez

2019 - Atelier Dressing - Nadine Lahoz-Quilez

Enveloppe, le jeu du in et du out /Projet participatif et collaboratif

A l’origine du projet de l’artiste, une  réflexion et un travail artistique autour du corps.
Celui-ci est recouvert par la peau d’une part, interface avec le monde extérieur, et protégé par ailleurs par le vêtement, « peau amovible », enveloppe du paraître et de lʼaspect social.
Les enfants sont invités à réfléchir sur : Pourquoi le vêtement ? 
Le vêtement, élément amovible de la parure simule et dissimule, cache et dévoile. Il met en scène des parcelles du corps au gré des modes et aux dépens des parcelles avoisinantes laissées dans lʼombre. Sorte de carapace souple, il protège le corps du monde extérieur tout en lʼaffichant. Il participe à la mise en forme, à la théâtralisation de celui-ci, rejoignant les codifications sociales du paraître. Il est un accessoire de transmission sociale (vêtement de cérémonies) qui renvoie à des étapes de vie, via des rites de passage. Il est objet de souvenirs, il détermine une mode, une tendance.

Cette réflexion est matérialisée par la réalisation d’un « dressing » par les enfants

Tout commence par une récolte de tissus. Des silhouettes issues du modèle schématisé correspondant à un patron, qui donnera ensuite un vêtement, sont ensuite découpées dans ces textiles préalablement plastifiés par les accompagnants. Puis ces figurines sont installées et mises en scène dans un ou plusieurs espaces d’expositions

Phase préparatoire en mars 2019

Les enfants se sont faits "beaux" pour la venue de l'artiste et lui ont fait un défilé de mode !

Pour cet atelier, les "mamies" ont été partie prenantes tant à la présentation, que pour prêter main forte à ces petites mains pour le découpage des silhouettes.

Atelier dressing preparation

Mise en place cu circuit choisi par l'équipe enseignante, pour une restitution à l'occasion de la fête des écoles (28 juin)

En raison du plan canicule, les élèves ne devaient pas sortir de leur classe. Ils ont procédé à la sélection minutieuse des vêtements qui seront mis en place par "les grands" y compris les mamies.
De l'école de Montjoyer jusqu'au lavoir, un beau chemin voûté ! Sous ces voûtes, des silhouettes ont été installées, prémices à l'installation accueillie au lavoir.

installation dressing

installation dressing 2

installation lavoir

 

2019 - AILO, Anna-Eva Berge et Fabrice Leroux

Atelier avec la classe de 6ème art du collège JAUME

Après une première séance de travail en février qui a permis aux 2 artistes de présenter leur travail et de "passer commande" aux élèves en vue de la réalisation de l'oeuvre commune sur des Jeux de lumière et de réflexion, une séance s'est déroulée le 20 juin pour réunir les travaux de chacun afin de constituer des oeuvres communes qui ont été présentées lors de la restitution, devant le Principal du collège, des professeurs et bien sûr des parents. Les élèves ont eux-mêmes expliqué le déroulement de ces journées de travail et du résultat final.

Du travail manuel par la réalisation de structures en cartons ou polystyrène qui seront éclairées et animées par vidéo-mapping
Du travail numérique : photographies de détails géométriques vus dans l'enceinte du collège puis montage-vidéo présenté sur grand écran dans la salle de restitution

atelier élèves

AILO atelier Jaume 1

AILO atelier Jaume 2

 

2019 - Rodolphe HAMMADI

Une histoire disjonctée

Cet atelier s’intègre dans un projet d’établissement visant l'accès à la culture dans un contexte peu favorable de par la situation géographique particulière de l'établissement. Il s'agit d'amener tous les élèves à découvrir des éléments culturels qu'ils ont du mal à approcher autrement. Le projet, soutenu par la Région, est un projet de sensibilisation artistique dénommé Une histoire disjonctée, çà cartonne ! Les ateliers de « créations artistiques » associés ont pour but de mettre en exergue les actions menées au sein de l’établissement labellisé «éco-responsable».

La démarche de l’artiste Rodolphe Hammadi  s’intègre parfaitement à cette démarche. Il s’adresse aux classes de première Bac pro industrielles (MELEC et MEI) soit 48 élèves.

les sculptures de Rodolphe Hammadi  prennent toujours leur source dans des objets souvent abandonnés : des pierres, des boulons, des clous, des pièces de monnaies anciennes, des timbres rares ou des antiquités, que l'artiste va s'attacher à « rassembler » dans une œuvre tridimensionnelle, formant « un tout » à partir d’enchevêtrements, continuités, associations inspirés par l’histoire des objets.

La proposition aux élèves est la réalisation par l’artiste d’une œuvre « collective » au sein du lycée, à partir des objets de leur choix, dont ils renseignent très précisément l’histoire. Ces objets seront  identifiés et cartographiés par les élèves sur une carte participative  interactive.

Rodolphe au travail

Restitution de l'oeuvre

Rodolphe Hammadi, après avoir rencontré les élèves, puis les habitants de Valaurie, et collecté auprès d'eux des objets, a réalisé une oeuvre qu'il a intitulée "Je me souviens"

Après une présentation au sein du lycée Jaume, lors des Portes ouvertes, une restitution a eu lieu a Valaurie en présence de Mme Christine BONNARD, sous préfète à Nyons, M. Didier-Claude Blanc, conseiller régional, de Luc Chambonnet, maire de Valaurie et conseiller départemental, de représentants des communes de Pierrelatte et de Malataverne (en raison du projet de résidence avec la Grotte Mandrin située sur cette commune), des habitants de Valaurie et bien sûr des élèves du lycée et de leurs professeurs.

restitution sie

 

2019 - Laurence Cuny et Caroline Fontana

Territoire dansé

Dans le cadre du projet de résidence :

  • L’association La Bande Sonore a entrepris un projet de recherche et de création sonore autour des danses sociales et des lieux de rassemblement pour danser sur le territoire de la Drôme. Ce projet s’appuie sur des rencontres avec des danseurs ou anciens danseurs et des enregistrements de pratiques de danse collective et de bals, matérialisé par une collection de fragments/capsules sonores (témoignages, ambiances) enregistrés sur différents points du territoire. Il porte sur les spécificités de la danse sur le territoire depuis la dernière guerre : quelles danses? d’où viennent-elles, comment se transmettent-elles? quels lieux de danse, quels déplacements?  Il s'intéresse aussi à la danse comme expérience particulière de la relation à l’autre, corporelle et sensuelle.
  • Avec les scolaires, le travail s'articule autour de recueil de pratiques dans le milieu de l’enfant (travail d’enquête), ou d’écoute de de consignes de danse (le bal de l’ours par exemple) pour les faire travailler en motricité, ou encore autour de la photographie artistique  et d’archive sur la danse. Exemples d’activité : recueil de témoignages et réalisation de capsules sonores (place de la danse dans les familles), dessins sur les déplacements dans les chorégraphies qui seraient réalisées (lien avec MômDanse), travail sur la lecture d’image,  etc

Objectifs:

- Favoriser l’expression et la création

- Prendre appui sur la recherche documentaire et les démarches corrélatives (enquêtes, archives, témoignages) pour acquérir des connaissances, des savoirs, et des savoir-faire 

- Travailler en groupe 

- S’engager dans un projet collectif 

- Favoriser l'autonomie  

 

2018 - Ateliers A.I.L.O. (Valrousse) : Anna-Eva Berge et Fabrice Leroux

Après une première intervention, il y a quelques semaines, le collectif A.I.L.O (Anna-Eva Berge et Fabrice Leroux) ont animé pendant 2 jours 1/2 des ateliers avec les enfants de la grande section maternelle au CM.

Tous ont travaillé à créer une ambiance obscure à la salle des associations, mise à disposition de ces ateliers par la mairie de Roussas, qui est éclairée par de grandes baies vitrées.

Un travail minutieux de découpage et de création pour petits et grands, un travail de construction de volumes puis de peinture.

Et enfin, projection des ombres enregistrées par l'équipe enseignante dans l'intervalle des interventions de ces artistes sur les volumes installés dans la salle pour leur donner vie. Effet magique aux yeux du plus grand nombre des enfants.

Une restitution a eu lieu en présence des parents et des élus (Mme Robert, maire de Chantemerle excusée, M Luc Chambonnet excusé et représenté par Stéphanie Paillet et Patrick Froment)

ailo atelier valrousse 

 

 

 

2018 - Création d'un trio

Eric Longsworth

Jeudi 24 mai, rencontre avec les enfants du groupe Scolaire Valrousse 

Les 3 musiciens ont rencontré d'abord une dizaine d'enfants de grande section maternelle puis, un 2ème groupe plus important, la 50aine d'enfants du Primaire.

Chaque musicien a présenté son instrument :
- Eric Longsworth : violoncelle électrique (d'une forme différente de celle du violoncelle "classique")
- Dramane Dembélé : la flûte traversière Peule. Dès qu'il a joué quelques notes, les enfants ont unanimement reconnu "Kirikou" !
- Gregory Dargent : l'oud (dérivé du luth bien connu de nos troubadours moyenâgeux), instrument orginaire de l'Afrique du Nord

Après cet entretien, nul doute que les enfants consulteront la carte pour situer le pays d'origine de Dramane (le Burkina Faso et Ouagadougou, sa capitale) et repérer les pays d'Afrique du Nord où l'Oud trouve son origine.

Après cet échange, les 3 musiciens ont improvisé, se "calant" sur la flûte traversière de Dramane. Deux groupes, deux interprétations différentes. Et un beau moment pour les enfants ! Merci aux artistes.

Valrousse maternelleValrousse Primaires

2018 Dressing,  en avant-première de résidence

Nadine Lahoz-Quilez plasticienne

A l’origine du projet de l’artiste, une  réflexion et un travail artistique autour du corps.Celui-ci est recouvert par la peau d’une part, interface avec le monde extérieur, et protégée par ailleurs par le vêtement, « peau amovible », enveloppe du paraître et de lʼaspect social.
Les enfants sont invités à réfléchir sur : Pourquoi le vêtement ?
« Le vêtement, élément amovible de la parure simule et dissimule, cache et dévoile. Il met en scène des parcelles du corps au gré des modes et aux dépens des parcelles avoisinantes laissées dans lʼombre. Sorte de carapace souple, il protège le corps du monde extérieur tout en lʼaffichant. Il participe à la mise en forme, à la théâtralisation de celui-ci, rejoignant les codifications sociales du paraître. Il est un accessoire de transmission sociale (vêtement de cérémonies) qui renvoie à des étapes de vie, via des rites de passage. Il est objet de souvenirs, il détermine une mode, une tendance. »
Cette réflexion est matérialisée par la réalisation d’un « dressing » par les enfants.
DRESSING se présente comme un ensemble composite travaillé dans un rythme neuf et inédit à chaque monstration.
Tout commence par une récolte de tissus. Des silhouettes issues du modèle schématisé correspondant à un patron sont découpées dans ces textiles préalablement plastifiés. Toutes ces étapes sont réalisées ausein d’un groupe (habitants, associations…) constitué pour l’occasion.
Chaque monstration incorpore l’existant et se déploie vers une perpétuelle expansion. La multitude des éléments crée une oscillation entre un rapport affectif, singulier entretenu avec chaque silhouette et, une perception de l’espace renouvelée à la fois par le dispositif qui tire parti de la singularité du lieu, l’accumulation des formes et ses articulations avec l’espace qui les contient.Les ateliers de découpe se dérouleront avec la participation des élèves et les parents des écoles de Montjoyer et de Réauville  le 14 mai, avec la contribution des habitants de Valaurie et alentours  le 13 mai salle Lucie Aubrac au Point info (ouvert à tous).  
Le parcours de monstration sera rendu public dernière semaine de Juin.

atelier dressing

DRESSING - 2014
L’Isle d’Abeau - Biennale internationale d’art contemporain de Lyon - Réalisées et montées avec l’aide de l’association Bienvenue - Silhouettes et 5 maisons métalliques

Mars Avril Mai 2018

Atelier à Valrousse résidence Traces d’infinis A.I.L.O

Atelier d’Immersion Lumineuse et Obscure

Anna Eva Berge, plasticienne et Fabrice Leroux, artiste multimédium, du collectif AILO,  proposent aux élèves de Valrousse la réalisation d’une œuvre collective éphémère sur l’ombre et la lumièreEcole de Valrousse (Valaurie Roussas 26) Mars Avril Mai 2018 (maternelle/CP/CE1 CE2/ CM1 CM2)

6 mars : Séance de sensibilisation

  • Autour de miroirs en interaction avec d’autres miroirs, en manipulant des formes géométriques et/ou en jouant  avec la lumière, les enfants découvrent des jeux d’optique dont ils ont été les acteurs.
  • Autour de sources lumineuses,  les artistes sollicitent les élèves afin de créer des jeux d’ombres et de lumières autour de formes géométriques.
  • Initiation au vidéo-mapping : les enfants découvrent comment une projection de lumière peut s’inscrire sur un volume déterminé grâce à un programme informatique.Mars

Avril mai : Travaux intermédiaires individuels

  • Découpages de formes géométriques  dans du papier opaque destinés à être collés sur une grande surface vitrée.
  • Prise de photographies de lignes et formes géométriques, ombre/lumière destins à des jeux d’optique.
  • Réalisation de maquettes permettant de recevoir la projection de vidéo-mapping
  • Photos successives de décomposition d’un mouvement pour créer une animation de type « stop motion » 

28 et 29 mai Réalisation avec les artistes d’une œuvre collective salle des associations à Roussas
Les artistes encadreront les élèves pour réaliser à partir de leurs productions individuelles une œuvre collective : ombre et lumière, vidéo-mapping, stop motion, etc.30 mai à 10h30 Restitution publique aux enfants, parents  et élus.

AILO Atelier 2018 01 AILO Atelier 2018 02
AILO Atelier 2018 03 AILO Atelier 2018 04 AILO Atelier 2018 05
Renseignement auprès de la Maison de la tour au 04 75 96 01 29 ou contact@la-maison-de-la-tour

Janvier Septembre 2017

Ateliers Valaurie/ Réauville/Montjoyer/Saint Paul Trois Châteaux

Résidence Fossiles numériques PETRAH

Petra Van der Meijden et Hans Pronk, duo d’artistes plasticiens numériques.Quels fossiles voulons nous abandonner pour les générations futures ? … qui ne soient pas seulement des emballages plastiques
PETRAH a soumis cette question aux habitants du territoire, adultes et enfants, pendant une période de résidence au Cube à Valaurie en 2017.
Conçus à partir des technologies numériques, et sauvegardés dans le monde digital, les souvenirs, images, histoires, objets associés rapportés, constituent « des fossiles numériques ». Choisis par la population, adultes et enfants, et enrichis de l'intervention des artistes, ils sont aussi une œuvre à part entière.

Pour tout connaître sur le projet et l’œuvre réalisée, consultez https://www.fossilesnumeriques.fr et http://www.maison-de-la-tour.fr
logo-twitter bande logos bas MdT 01 bande logos bas MdT 02 bande logos bas MdT 03 bande logos bas MdT 04 bande logos bas MdT 05 logo-facebook